Et voici le pré-projet communiqué par la Ville de Paris pour la réforme des rythmes scolaires.
(Le_pr_projet_de_Paris_25_02_2013)

Pour le cas précis des écoles maternelles, les hypothèses soumises pour l'application concrète des nouveaux rythmes scolaires prévoient :
• Un temps d'accueil "calme et ludique" ouvert de 8h30 à 9h15, début des heures de classe.
• Un second temps "calme et ludique" de 15h45 à 16h30
Cela ressemble fortement à de la garderie pure et simple !!!!

Les activités proposées aujourd'hui sur ces créneaux périscolaires ne sont que des hypothèses, des appels à sollicitations d'associations culturelles, sportives, scientifiques, sans concrétisation encore.

Et s'agissant des moyens, seul est évoquée aujourd'hui le déblocage d'un budget exceptionnel pour 1 an seulement (2013-2014) et qui équivaut après un rapide calcul à 80 euros annuel par enfant pour Paris !!!!

Mais de quelle grande réforme de l'école parle-t-on aujourd'hui ?!
Nous n'y lisons que la mise en place de temps de garderie par la Ville de Paris.

On retiendra par ailleurs dans le détail du texte : 

"1. La santé des enfants, dans une école qui s’adapte à leurs rythmes pour mieux leur délivrer ses apprentissages."
> Les aménagements proposés jusqu'à présent de tiennent en aucun cas compte du bien-être et du rythme chronobiologique de nos enfants !
De quels apprentissages parle-t-on quand aucune réforme des programmes n'a encore été évoquée ?

"2. L’épanouissement et le plaisir des enfants, dans une école qui leur offre, aux côtés des savoirs scolaires, d’autres perspectives de développement."
> Avec quel encadrement ? Quelles qualifications de personnel ?
Les taux d'encadrement ne sont pour l'instant pas revus à la hausse et il n'y a aucune proposition garantissant que les animateurs seront qualifiés pour les activités qu'ils proposent.

"3. L’égalité des chances pour les enfants, avec un cadre parisien qui garantit leur égal accès aux activités périscolaires quels que soient le quartier où ils vivent à Paris ou les ressources de leur famille."
> Qu'en sera-t-il des autres communes de France quand on sait que le soutien financier de ces activités dépendra entièrement des collectivités locales ? De quelle égalité parle-t-on ?

"4. L’ouverture sur le monde des enfants, dans une école où c’est leur environnement, la richesse culturelle, sportive, scientifique de Paris, qui vient à leur rencontre."
> De quelles sorties et de quelles activités parle-t-on concrètement pour 45 min de temps périscolaire supplémentaire applicable à l'ensemble des élèves d'une même école, en même temps ?

"5. Une meilleure articulation entre le temps scolaire dévolu à l’éducation nationale et le temps périscolaire dévolu à la ville, dans une école où ces temps cohabitent, alternent et se renforcent."
> Il est difficile d'envisager une cohabitation "sereine" dans les conditions précaires de mise en place de cette réforme : où les activités vont-elles avoir lieu ? Dans le préau, avec l'ensemble des effectifs de l'école en même temps ? Dans les classes, en privant les enseignants de leur espace de travail ? 

"6. Une amélioration qualitative et quantitative de l’encadrement des enfants sur les temps périscolaires qui rassure les parents, soulage les enseignants et apporte aux enfants de meilleures conditions de vie au sein de l’école, notamment à l'heure du déjeuner."
> On dirait une mauvaise blague !
Quels parents se sentent soulagés de savoir qu'aucun personnel qualifié supplémentaire n'est prévu pour l'encadrement de ces activités ? Que les enfants vont être pris en charge de façon "improvisée" tous ensemble sur les temps périscolaire ?
De quel soulagement parle-t-on pour les enseignants qui auront à faire à des enfants plus fatigués et plus énervés ?

"7. Un renforcement du rôle des conseils d'école dont les projets trouveront une place dans le cadre défini à l'échelle parisienne."
> Cela reste encore très vague... de quelle considération et de quelle place parle-t-on concrètement ?

"8. Un progrès social pour les personnels de la ville dans leur diversité."
> De quel progrès s'agit-il quand la déprécarisation des emplois des personnels de la ville n'est aucunement évoquée ?
Et qu'une surcharge de travail est annoncée ?

"9. Une vraie reconnaissance du rôle et du travail essentiels des enseignants."
> Le manque profond de véritable concertation, la mise en place de façon totalement précipitée et improvisée des conditions d'application de ce décret ne respectent aucunement les enseignants et leur travail !

"10. La sérénité pour les familles puisque les enfants continuent, si les parents le souhaitent, d’être accueillis jusqu’à 16h30 pour des activités périscolaires prises en charge gratuitement par la Ville"
> Mais dans quelles conditions ???
Nous ne sommes pas sereins à la lecture de ce pré-projet !