Ce lundi s'est tenue la 4ème et dernière réunion de concertation publique avec M. Bertrand Delanoë.
Malgré le changement de dernière minute du lieu de cette réunion et le choix d'une salle excentrée, nous étions présents.

Enseignants, animateurs, syndicats et parents d'élèves étaient représentés.
De nombreux sujets ont été évoqués mais on regrette le manque d'écoute et de réponses concrètes et constructives : 

1. Il est intéressant de noter que les représentants des parents d'élèves du collectif "Prenons le temps pour nos enfants" n'ont pas réussi à obtenir la parole malgré leur nombre, malgré leur immense banderole et malgré leurs tentatives multipliées de prendre le micro.
Lire le compte-rendu de la réunion sur le site du collectif

2. En guise de concertation, la réunion a plutôt à viré au dialogue de sourd, M. Delanoë ne semblant pas prêt à revoir sa position quant à la date de mise en œuvre du décret !
Ce sera 2013 ou rien, l'agenda 2014 étant entièrement réservé aux éléctions !
Il semble que la "sage" décision de reporter à 2014 dans d'autres grandes villes de France comme Montpellier, Lyon et bientôt peut-être Marseille ou Lille n'a aucune influence sur Paris !

3. L'annonce de la titularisation de plus de 600 animateurs et la création de postes pour le périscolaire...
On attend toujours les chiffres !
Montpellier annonce déjà la nécessaire création de 1 000 postes pérennes pour la mise en œuvre de cette réforme...
Alors comment les quelques centaines de postes annoncées à Paris suffirait-elle en comparaison à couvrir les besoins de la capitale et de ses 137 000 élèves ?

4. Il a malgré tout été réaffirmé que le sujet principal et le rôle premier de la Ville de Paris était l'intégration "constructive" de ces 3h de périscolaire dans l'emploi du temps des écoles...
Ou comment caser à tout prix 3h de périscolaire pour valider une réforme !
Sans moyens supplémentaires, sans questionnement des locaux, sans personnels qualifiés supplémentaires, et tout simplement sans le temps nécessaire à la mise en œuvre cohérente de ce projet, cela ressemble tout simplement à un véritable tour de magicien !

Comment éviter l'effet "garderie" qui s'annonce à coup sûr ?
Est-ce là le modèle de l'école de demain ?

Nous n'avons aujourd'hui pour seule garantie que la "parole" de nos élus qui maintiennent avoir la ferme intention de faire progresser l'école en 2013... du moins d'essayer, car avec les coupes budgétaires prévues, les fermetures de classe déjà annoncées, cela semble compromis...

Il semble difficile de ne pas imaginer les jours de grève et les manifestations qui s'annoncent si le débat ne progresse pas d'ici le 24 Mars, date du vote du décret au Conseil de Paris !